Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

vendredi 9 septembre 2016

The Dada de Vinci Code ~ Gordon Zola

« Nous resterons de l’autre côté de la tenture, usant de nos mauvais esprits d’auteur et de lecteurs réunis pour essayer d’imaginer le pire »

Résumé de la quatrième de couverture :

Depuis plusieurs jours, la police française reçoit des messages inquiétants d’un certain « horloger ». Celui-ci veut remettre les pendules à l’heure, en assassinant Daniel Brun, romancier à succès qui vient de commettre un best-seller au sujet sulfureux… Le commissaire Guillaume Suitaume, policier d’élite est chargé de la garde rapprochée de l’auteur.
Cette protection va ouvrir la boîte de Pandore et révéler un terrible et croustillant secret ! Entre un chasseur de trésor pendu à un créneau du château de Gisors, un peintre spécialisé en Léonard de Vinci, une bibliothécaire retrouvée dans une tombe de Rennes-Le-Château, un ectoplasme noctambule qui chante des airs d’opéra et un corps sans pantalon abandonné dans une forêt de la Meuse, un étonnant complot prend corps !
Véritable enquête au sein des énigmes ésotériques de notre histoire et du monde corrosif des salons littéraires, « THE DADA DE VINCI CODE » est un thriller impitoyablement drôle qui montre qu’à force de vouloir prouver tout et son contraire… on peut parfaitement y arriver !
Nous suivons le commissaire Guillaume Suitaume dans une enquête incroyable à travers la France. Les meurtres perpétrés sont tous des énigmes difficiles à démêler et qui semblent, à première vue, ne pas être liés. Le seul lien est cette phrase qui revient à chaque fois : « Daniel Brun, prépare-toi à passer devant le tribunal de l’Histoire ! ». Parallèlement à l’enquête, le lecteur suit le parcours d’un certain Ascaroth, meurtrier de son état, et de son coq albinos Salas. Au programme, art, ésotérisme et énigmes en tout genre.
Comme tous les Gordon Zola, le dénouement est assez rapide et inattendu. Cependant, ce n’est pas vraiment ce qui est le plus intéressant mais plutôt la façon dont le commissaire résout les énigmes et celle dont l’auteur nous les tourne en ridicule.
Le glossaire à la fin est plutôt appréciable, il n’apporte rien à l’intrigue, ne nous donne pas d’informations supplémentaires, mais il est drôle. Le rapport à Léonard de Vinci est en quelque sorte secondaire, mais il nous tient en haleine jusqu’à la dernière page, qui nous révèle enfin la formule découverte par ce grand peintre.
Comme toujours, un style fluide, des jeux de mots à tire-larigot et un penchant de l’auteur pour l’intervention au sein de son récit. Cette dernière caractéristique est vraiment sympathique, car cela ajoute beaucoup d’humour et cela permet de diversifier le récit.
Ce livre n’est pas une parodie du Da Vinci Code de Dan Brown mais une enquête autour de ce livre.
Extrait :

« Ce fut Rackham le pochtronné, le numismate de la bande, qui s’aperçut le premier de la disparition de Gilles… On plaisanta, on s’étonna, on s’inquiéta, on se leva, on tituba, on s’affala, on se releva et on chercha… Chacun y mit un peu du sien et beaucoup des autres … On marmonna, on appela, on cria, on hurla, on désespéra… on trouva ! Ce fut Orghoum le pervers, le nu qui s’mate de la bande, qui beugla ! Tous rameutèrent sur la motte de terre, juste au pied du grand donjon… Au sommet de la tour, un corps sans vie se balançait, accroché au mâchicoulis par une corde. En une dernière grimace, Gilles Dasse tirait une langue de pendu ! »
Le mot de la fin :

Un poilar haut en couleur, des personnages truculents et une intrigue très bien ficelée pour tous ceux qui aiment les secrets et surtout leur révélation !

Alors, voulez-vous tourner ?

1 commentaire:

  1. Le titre m'a pas mal intriguée et du coup ton avis est très positif alors je me laisserais bien tenter un de ces jours par cette lecture

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !