Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

mardi 23 août 2016

Le Petit Prince ~ Antoine de Saint-Exupéry

« Je crois qu’il profita, pour son évasion, d’une migration d’oiseaux sauvages. »

Mon résumé :

Le narrateur, aviateur, nous raconte sa rencontre dans le désert avec un garçon aux cheveux dorés. Celui-ci lui explique pourquoi il est descendu sur Terre et quels astéroïdes il a visité avant, de celle d’un roi à celle d’un géographe. Entre la douceur d’un enfant et l’expérience d’un adulte, un voyage extraordinaire dans le cœur des hommes.
Ce classique m’a beaucoup plu. Je connaissais déjà l’intrigue mais pas mal de détails ne sont pas évoqués et notamment les différentes rencontres du petit prince.
La première chose remarquable dans ce livre est le style de l’auteur, très poétique et en même temps très accessible. Il s’adresse à des enfants, de façon directe, en utilisant leur langage et il se met à leur hauteur. Les aquarelles de l’auteur confirment cette volonté. Tout est très coloré, les dessins sont doux, agréables, à la fois très simples et très percutants.
L’histoire porte un réel message et surtout de l’espoir. L’enfant que nous étions est toujours présent en nous, telle une étoile au-dessus du désert.
Dialogues et passages narratifs s’équilibrent très bien, le rythme est maîtrisé. C’est très court, d’autant qu’il y a des illustrations, mais on ne reste pas sur sa faim. En effet, de même que le petit prince, nous faisons un tour de la galaxie bien complet et aucune question ne reste en suspens.
Ces voyages si beaux résonnent autant pour des adultes car ils rencontrent des personnages qu’ils connaissent bien, comme le businessman. Cette histoire peut toucher n’importe qui, c’est ce qui fait sa force et sa splendeur.
Extrait :

« La cinquième planète était très curieuse. C’était la plus petite de toutes. Il y avait là juste assez de place pour loger un réverbère et un allumeur de réverbères. Le petit prince ne parvenait pas à s’expliquer à quoi pouvaient servir, quelque part dans le ciel, sur une planète sans maison, ni population, un réverbère et un allumeur de réverbères. Cependant il se dit en lui-même :
— Peut-être bien que cet homme est absurde. »
Le mot de la fin :

Une histoire universelle, toute en couleur et en poésie.