Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

mercredi 29 juin 2016

Du plomb à la lumière ~ Prix Mille Saisons

« Mon voyage vers la lumière ne fait que commencer. »



Résumé de la quatrième de couverture :

Les miracles se produisent. Réalisez-les ! Vous en avez le pouvoir !

Mille Saisons la première collection interactive des littératures de l'Imaginaire, innove et devient la première anthologie à réalités augmentées. Nous vous proposons de choisir l'univers, l'auteur, l'illustrateur, et le compositeur musical de votre prochain roman.
Du plomb à la lumière est composé de vingt nouvelles, chacune illustrée par un élève de l'école Jean Trubert, associée à une composition musicale inédite et à un reportage cinématographique. À l'intérieur de ce recueil, vous trouverez un code vous permettant de voter pour le Prix Mille Saisons.
L'auteur, l'illustrateur et le compositeur se verront confier à l'issue de votre vote la conception du premier roman à réalités augmentées de la collection.
Auteurs, illustrateurs et compositeurs :

• Valentin Desloges – Le coup du collier (hors concours)
Illustration de Ronan Lescop
Composition de Francis Valery
• Vyl Vortex – Sous l’œil de Tornn
Illustration de Franck Pétard
Composition de Colin Cerveaux
• Guillaume Dalaudier – La clé céleste
Illustration de Camille Stramboli
Composition de Élise Droneaud
• Barnett Chevin – La pierre
Illustration de Céline Llorens
Composition de Vincent Sergent
• Karine Rennberg – Les feux de la rampe
Illustration de Khanh Vy Nguyen
Composition de Sarah Adnasse
• Stéphane Monnet – La mort n’est pas un spectacle
Illustration d’Anaïs Eustache
Composition d’Élissa Mleiel
• Maryline Guldin – Emmurés
Illustration de Benjamin Collet
Composition de Matias Zúñiga González
• Anthony Boulanger – Les hommes de Métal
Illustration d’Aurélien Marzin
Composition de Keiichi Sugiyama
• Emmanuelle Maia – Quelques grammes de plomb pour atteindre la lumière
Illustration de Pablo Cortes
Composition d’Eliott Gualdi
• Céline Ceron Gomez – Marché conclu !
Illustration de Wei-Hsuan Tsao
Composition de Michael Roux
• Kéti Touche – Notre-Dame de Baltimore
Illustration de Sebastiana Comis
Composition de Sandra Menier
• Ophélie Hervet – Ce qui nous lie
Illustration de Noémie Tricoche
Composition de Baptiste Lefort
• Johann Vigneron – La Foire
Illustration de Johan Le Brishoual
Composition de Santiago Dolan
• Philippe Deniel – Métal radieux
Illustration de Dinis Ferrao
Composition de Vincent Bousquet
• Marguerite Roussarie – Être vivant
Illustration d’Anaïs Eustache
Composition de Keiichi Sugiyama
• Élie Guillot – La bataille de Krak Girn
Illustration de Ronan Lescop
Composition de Nicolas Felix
• Romain Jolly – Un rêve de lumière
Illustration de Khanh Vy Nguyen
Composition d’Alexandre Dedola
• Marine Auriol – Et si l’Équinoxiale n’était qu’une mort de plus…
Illustration de Valérian Rambaud
Composition de Laurent Barnier
• Ghislain Morel – Deus ex Machina
Illustration de Wei-Hsuan Tsao
Composition de Thomas Tillard
• Arnaud Gabriel – Zhang Zhung, le mont Gang Ti Sé
Illustration de Romain Marty
Composition de Kalina Świątnicka
• Simon Boutreux – Betsy
Illustration de Valérian Rambaud
Composition d’Iliyan Marinov

Après le succès de La Cour des Miracles, Mille Saisons ne pouvait que réitérer son prix, en poussant le concept encore plus loin.
Cette année, la collection vous propose de voter non pas pour un, mais pour trois auteurs, trois illustrateurs et trois compositeurs. Oui, vous avez bien lu. Comme l'année dernière, les illustrations sont réalisées par les élèves de l'école Jean Trubert. La chose en plus, ce sont les compositions musicales originales. Au début de chaque nouvelle, vous trouverez un lien qui vous emmène directement vers elle et vers un reportage vidéo. Entrez dans la réalité augmentée !
À la fin du livre, vous trouverez une petite pastille à gratter qui vous dévoilera un code unique vous permettant de voter sur le site des éditions. En mars 2017, lors du Salon Livre-Paris, le nom de l'auteur gagnant sera annoncé. Il pourra alors écrire un roman complet sur l'univers de sa nouvelle. L'illustrateur élu en fera la couverture et le compositeur la bande originale. C'est vous, lecteurs, qui déterminez les prochaines publications. Le rêve !
L'objet réalisé est toujours aussi beau et bien pensé, puisqu'une page au début de chaque nouvelle est réservée aux dédicaces que vous pouvez avoir lors des nombreux salons et manifestations auxquels Le Grimoire participe. C'est un peu comme une chasse aux Pokémons, sauf que là, ce sont des artistes. Le graphisme est particulièrement soigné.
Le paquet a été mis sur l'aspect et la vocation de l'ouvrage, mais le contenu n'est pas en reste. Vingt et une nouvelles s'offrent à vous, lecteurs de l'imaginaire. Alchimie, vitraux, opéra en flammes, prêtres à moto, tendres robots ou cow-boys, chacun y trouve son compte ! Les qualités stylistiques et narratives sont indéniables. Les auteurs ont rivalisé d'ingéniosité pour proposer des histoires autour du thème « Du plomb à la lumière » sans tomber dans les clichés. Les univers développés sont grandioses et vous embarquent pour des aventures hors du commun. Les nouvelles sont suffisamment longues pour que vous ayez le temps de vous installer dans l'intrigue, et suffisamment courtes pour que la tension vous tienne tout du long. Les illustrations sont pour la plupart magnifiques et exploitent une vision intéressante de leur nouvelle. De même, les compositions se hissent à leur hauteur, avec jusqu'à 25 minutes de voyage aux confins de l'imaginaire.
Extrait :

« Il pare mon attaque en bloquant mon avant-bras et tente de me saisir. D’un moulinet du poignet, je me dégage et frappe à nouveau.
– Et le cœur ?
Il s’échappe, trébuche. Je poursuis, reviens à l’assaut :
– Le cœur, Gab ?
Il recule une nouvelle fois, reprend position et lance une frappe latérale. J’aperçois le rocher derrière lui et accentue la pression. Il se prend les pieds dedans et tombe à la renverse. Je suis sur lui avant qu’il se relève, mon couteau pressé contre sa gorge. Il se fige.
– Alors ?
– Un coup au cœur tue les démons ! »
In « Ce qui nous lie »

Citation in « Sous l’œil de Tornn »
Le mot de la fin :

Impossible de s'ennuyer, impossible de détester, tout est fait pour que le lecteur embarque, mais surtout conduise le navire !
Vous pouvez commander cette anthologie incroyable sur le site : Éditions Le Grimoire
Pour ceux qui se trouvent sur les réseaux sociaux, n'hésitez pas à suivre les auteurs, la plupart se trouvent sur facebook ! Certains ont également des blogs, de quoi suivre vos favoris dans leur périple littéraire !

Le prochain appel à textes a été dévoilé : Site Mille Saisons. Encore une belle anthologie en perspective !

samedi 18 juin 2016

Chroniques des temps obscurs : Frère de loup ~ Michelle Paver

« Les ombres des arbres semblèrent s’approcher pour écouter le mourant. »


Résumé de la quatrième de couverture :

L’aventure commence il y a six mille ans… L’Esprit du Mal s’est emparé d’un ours. Seul Torak, douze ans, peut le défier. La prophétie est formelle : il est Celui-qui-écoute. Il doit trouver la Montagne de l’Esprit du Monde pour rétablir l’harmonie entre les hommes, la nature et les animaux. Accompagné d’un jeune loup qui lui ressemble comme un frère, Torak s’engage dans la Forêt Profonde.
Alors commence un étonnant périple au cœur d’une nature magique, à la fois fascinante et hostile.
Il est très facile d'entrer dans l’intrigue car l’action est présente dès la première ligne. On n’a pas le temps de s’installer que déjà des événements graves se produisent. Le lecteur est happé dans l’histoire grâce au style de l’auteur qui fait des phrases à la fois brèves et très éloquentes. On a vraiment l’impression que c’est un garçon de douze ans qui raconte et c’est d’autant plus captivant.
Une des premières choses géniales de ce livre est que certains chapitres sont écrits du point de vue du loup, si bien que ce n’est pas le même vocabulaire qui est employé. Le loup ne dit jamais homme par exemple, ce sont ses impressions d’animal qui sont transmises. Il ne voit pas du tout le monde de notre façon et c’est très bien retranscrit. D’ailleurs, l’auteur a fait pas mal de recherches sur ces animaux afin de les rendre les plus crédibles possible.
Ensuite, les personnages sont vraiment intéressants, Torak bien sûr, le héros qui s'ignore, mais aussi Renn, la jeune fille rebelle. Elle a un caractère bien trempé sans pour autant tomber dans le stéréotype. Les autres personnages qui gravitent autour des héros ont un rôle bien défini et ne sont jamais ou tout blanc ou tout noir. Il reste toujours une once de doute car on ne connait pas leur histoire tout de suite. 
L’univers dans lequel tout ce petit monde évolue est grandiose, la carte au début du roman le représente à merveille. Tout se passe dans une grande forêt pour ce premier tome, mais dans les suivants la mer et les montagnes sont aussi sollicitées. C’est un monde où il n’y a pas de villes mais des clans qui cohabitent. Chaque clan se dévoue à un animal qui est leur gardien. La magie fait partie de leur culture et pour eux, la nature entière est un esprit. Chaque clan a un chef et un mage. On est dans un type de société archaïque. On ne peut pas parler de géopolitique, mais les alliances ont une grande importance dans ce monde et induisent forcément des conflits. Ces peuples ont un vocabulaire assez spécial pour leurs pratiques, qui est difficile à comprendre au début, mais les repères viennent vite.
Dans ce premier tome, le nœud du problème n’est pas complètement exposé, ce qui nous oblige presque à lire le deuxième dans la foulée, tant la tension est palpable. C'est l'atout de cette série, l'auteur mesure chaque événement pour qu'il donne envie de continuer, sans trop en dévoiler.
Extrait :

« Torak se figea. Il entendit les chiens du campement répondre au hurlement. Il vit des silhouettes se redresser et courir pour comprendre ce qui se passait. Il comprit que Loup lui avait donné sa chance.
Pas de temps à perdre.
Vite, le garçon bondit hors de sa prison. Plongea dans la pénombre. Se cacha derrière les noisetiers. Il n’avait plus qu’une chose à faire. Et elle lui répugnait.
Il lui fallait abandonner Loup. »
Le mot de la fin :

C’est vraiment un livre à lire et à relire, très bien construit et qui introduit une saga formidable. Ce monde nous semble si étranger, qu’il nous est presque impossible de prédire la suite, on est forcément dans l’attente, ce qui est vraiment plaisant.